Position du Collectif Handicaps sur le rapport Piveteau/Wolfrom

Des points de vigilance

Le Collectif Handicaps souhaite qu’une attention très forte soit portée aux intentions du rapport quant à cette exigence forte de concilier les qualités d’un chez-soi (maîtrise de son temps, choix des interventions, choix de la participation au temps partagé) et celle du désir de vivre des temps partagés avec des personnes en situation de handicap ou valides pour ne pas subir un isolement afin de ne pas les dévoyer en transformant, dans la durée, l’habitat API en structure « para-médico-sociale ».

Le Collectif Handicaps attire aussi l’attention sur le fait que tous les outils proposés ne répondent pas à l’ensemble des aspirations et besoins des personnes en situation de handicap. Toutes ne subissent pas un isolement lorsqu’elles vivent seules chez elles et/ou toutes ne souhaitent pas partager des temps de vie avec d’autres.

Enfin, le rapport ne développe pas les modalités pour qu’un candidat à un habitat API ou à toute autre formule d’habitat puisse s’adresser à un interlocuteur identifié. Les candidats à la location ou à l’achat d’un bien immobilier classique connaissent les professionnels chargés de les accompagner (notaires, agents immobiliers, courtiers, etc.). Une personne en situation de handicap qui cherche un logement à sa mesure n’a aucun interlocuteur identifié de droit commun. Il est obligé de chercher parmi des acteurs du secteur associatif, médico-social ou social. Il y a là, des pistes de réflexion à construire.

En résumé, le Collectif Handicaps souhaite qu’un certain nombre d’outils proposés soient mis en oeuvre aussi vite que possible pour répondre à la commande d’un développement rapide. Il demande par conséquent au gouvernement de mettre en oeuvre l’aide à la vie partagée et de dégager les moyens financiers adéquates. Parallèlement, le Collectif Handicaps demande au gouvernement de répondre aux aspirations et besoins des personnes en situation de handicap qui souhaitent vivre chez elles et qui ne désirent pas partager des temps de vie avec d’autres.