Contribution du Collectif Handicaps au Grenelle de l’Education

A la suite du Grenelle de l’éducation, le Collectif Handicaps a souhaité contribuer pour poursuivre la réflexion sur la transformation de l’école à moyen et long terme.

« Aucun enfant sans solution de scolarisation » annonçait le Président de la République lors de la Conférence nationale du handicap le 11 février 2020. C’est un objectif auquel le Collectif Handicaps souscrit si les solutions sont de qualité et adaptées aux attentes et besoins de l’enfant et de sa famille.

Permettre à chaque enfant d’avoir un accès à un apprentissage effectif suppose de créer les conditions pour éviter qu’un grand nombre de freins et de résistances empêchent encore des enfants en situation de handicap d’aller à l’école. En 2021, des milliers d’enfants ne sont pas scolarisés !
La contribution du Collectif Handicaps a pour but de rappeler les points à travailler dans le prolongement des travaux du Grenelle de l’éducation pour une école véritablement inclusive.

  • Le respect du droit des parents et de l’enfant

Les parents jouent un rôle majeur dans le parcours scolaire de leurs enfants. Ils connaissent également parfaitement bien les besoins de leurs enfants en situation de handicap. Ils font l’expérience quotidienne de la manière dont peut « fonctionner » leur enfant, ils testent quantités de stratégies pour permettre à leurs enfants de s’épanouir qui sont autant d’éléments qui peuvent et doivent être échangés avec les enseignants.

=> Les parents, également experts de la situation de leur enfant, doivent jouer un rôle central dans la compréhension des enseignants du fonctionnement de l’enfant. A l’inverse, les enseignants sont des acteurs importants pour rendre compte des adaptations et des compétences acquises par l’enfant aux parents. Le dialogue doit donc être permanent et régulier si les parents le souhaitent.

De plus, les parents ne peuvent être mis à l’écart des décisions prises pour leurs enfants sous prétexte qu’il est en situation de handicap. Le principe de la coéducation inscrit dans la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République du 8 juillet 2013 est un levier majeur pour la réussite des enfants à l’école. « Il convient de reconnaître aux parents la place qui leur revient au sein de la communauté éducative » en leur permettant de participer activement à l’action éducative, et en obtenant leur accord pour toute décision concernant leur enfant.