Le débat sur la « déconjugalisation » de l’allocation aux adultes handicapés revient à l’Assemblée – Article Le Monde

16 juin 2021. Les associations réclament que le calcul de l’allocation aux adultes handicapés ne soit plus assujetti aux revenus du partenaire, mais le gouvernement n’y est pas favorable.

Extrait de l’article :

« Selon Mme Cluzel, « 80 % des handicaps s’acquièrent au cours de la vie. Aussi, 30 % des personnes handicapées qui sont en couple travaillent déjà, et beaucoup d’autres souhaiteraient travailler ». 

Si le gouvernement écarte la « déconjugalisation », les amendements déposés la semaine dernière pourraient malgré tout être une avancée pour une grande partie des bénéficiaires de l’AAH vivant en couple. Au lieu des 20 % d’abattement fiscal actuellement en vigueur, un abattement forfaitaire de 5 000 euros sur les revenus du conjoint serait créé. Ainsi, 120 000 personnes qui touchent l’AAH en couple pourraient bénéficier d’un gain moyen supplémentaire de 110 euros net par mois selon les calculs du ministère ; « il y aura zéro perdant », promet la secrétaire d’Etat. 

Mais loin de calmer la colère des associations, la proposition de la secrétaire d’Etat – estimée à 185 millions d’euros annuels – est jugée « incohérente » par Arnaud de Broca. « L’amendement sur l’abattement forfaitaire à 5 000 euros va bien faire des perdants et ne répond pas à la question posée sur la déconjugalisation », estime le président du Collectif Handicaps. »

L’intégralité de l’article sur Le Monde.fr